Ile Maurice, La Réunion, Les Comores, Les Seychelles, Madagascar, Mayotte

Trapèze des Mascareignes : histoire des îles de l’océan Indien

Océan Indien - Trapeze des Mascareignes

L’histoire des 6 îles du Trapèze des Mascareignes dans l’océan Indien est très marquante. Et pour cause, elles ont toutes subit l’esclavage et ont connu plusieurs vagues migratoires. Elles sont toutes passées entre les mains de différentes nations : les Hollandais, les Français, les Anglais et parfois les Portugais. Il faut dire que l’océan Indien était, à l’époque, un lieu d’échanges très prisé entre les peuples, qui se battait parfois pour y avoir un bout de terre à cet endroit si stratégique. Aujourd’hui, Mayotte et La Réunion ont conservé leur statut d’îles françaises. Pour l’île Maurice, Les Seychelles, Madagascar et Les Comores, elles sont finalement devenues des états insulaires indépendants. Découvrez le récit de leurs passés similaires dans cet article.

Les différentes vagues migratoires dans l’histoire du Trapèze des Mascareignes

Les six îles du Trapèze des Mascareignes ont une histoire assez similaire. Elles ont toutes connu différentes vagues migratoires assez importantes. Comme un mouvement incessant de va-et-vient. Il faut dire que l’océan Indien était, à l’époque, un lieu d’échanges prisé entre les différents peuples du monde.

Ainsi, l’île Maurice aura accueilli en tant que premiers habitants les Phéniciens. Madagascar a abrité les Vazimbas. Mayotte, tout comme Les Comores, a recueilli les peuples bantous d’Afrique. Les Seychelles étaient le royaume des tortues et des oiseaux jusqu’à l’arrivée des premiers humains : des navigateurs arabes. Ce sont aussi des navigateurs arabes qui ont d’abord peuplé l’île de La Réunion. Ils ont cependant très vite été remplacés par les Portugais. Plus tard, les Français sont arrivés, s’imposant sur les six îles. Ce sont ensuite les Britanniques qui ont remplacé les Français, notamment aux Seychelles et à l’île Maurice.

Ces vagues migratoires ont duré quelques siècles sur les îles du Trapèze des Mascareignes. Souvent navigateurs, ces premiers peuples étaient en pleine exploration du monde. Ils ont lancé le commerce sur ces îles, échangeant ou vendant des épices, de l’or, de l’ivoire, en empruntant la route des Indes (route maritime directe qui relie l’Europe aux Indes orientales). Tristement, c’est aussi à cette époque qu’a débuté la traite des esclaves.

Pour aller plus loin lire aussi : Le Trapèze des Mascareignes : qu’est-ce que c’est ?

Le passage par l’esclavage et la colonisation de ces îles de l’océan Indien

L’arrivée des Européens sur ces îles a aussi marqué le début de l’esclavage avec les premiers colons. Chacune de ces îles à connu l’esclavage sur une période plus ou moins longue. Devenus la propriété de leurs maîtres colons, les esclaves avaient des tâches bien précises. Ils venaient principalement d’Afrique, de Madagascar, ou encore d’Inde.

Ces esclaves étaient constamment surveillés par des régisseurs, garants de la bonne exécution des travaux. Ainsi, ils pouvaient travailler :

  • aux champs (de canne à sucre, de café, etc.) ;
  • à l’usine ;
  • à la maison principale de l’habitation de leur maître ;
  • au jardin, etc.

Ces esclaves travaillaient du matin au soir, avec seulement quelques heures de repos le dimanche après-midi. Le relief de ces îles a, durant longtemps, été le refuge d’esclaves ayant fui leur maître. Des montagnes reculées et escarpées, comme Le Morne Brabant, à l’île Maurice, ou encore les trois Cirques (Cilaos, Salazie et Mafate) à La Réunion, par exemple, ont longtemps été leur cachette prisée.

L’esclavage a finalement été aboli pour toutes ces îles à des dates distinctes :

Ces dates ont marqué le début de la liberté et du changement. Un véritable tournant dans l’histoire des îles du Trapèze des Mascareignes.

Abolition de l'esclavage - Trapèze des Mascareignes
Abolition de l’esclavage – Trapèze des Mascareignes

L’arrivée des Européens, avec une forte présence française et britannique sur ces îles tropicales

L’Europe a aussi eu une forte présence sur chacune de ces îles. Bon nombre d’entre elles ont notamment été assiégées par les navigateurs Portugais, qui ne sont, finalement, jamais restés très longtemps. Ils ont rapidement laissé leur place aux Hollandais, qui eux non plus, ne sont pas restés. Ce sont principalement les Français et les Anglais qui ont joui de ces îles du sud-ouest de l’océan Indien le plus de temps.

D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si dans toutes les îles du Trapèze des Mascareignes l’on parle français. En effet, cette influence vient de cette époque, où les terres étaient colonisées par les Français. Ainsi, bien que ce ne soit aujourd’hui pas la langue officielle des six territoires, il n’en est pas moins que l’on y parle français sans souci.

Il en est de même pour l’influence britannique sur deux îles de la zone. En effet, l’île Maurice et les Seychelles ont été colonisées par les Anglais, avant de déclarer officiellement leur indépendance. Sur ces deux îles, aujourd’hui, on parle donc cette langue. Elle fait même partie des langues officielles des pays.

Pour aller plus loin, lire aussi : Le Trapèze des Mascareignes, en route vers ses îles paradisiaques

Le Trapèze des Mascareignes : des états insulaires indépendants et des départements Français d’Outre-mer

Après avoir connu plusieurs vagues migratoires, l’esclavage, et une certaine instabilité politique, bon nombre de ces îles sont devenues des états insulaires indépendants. Aujourd’hui, Madagascar (en 1960), l’Union des Comores (en 1975), Les Seychelles (en 1976) et l’île Maurice (en 1968) sont des gouvernements à part, avec leur propre politique et président.

En revanche, l’île de La Réunion et Mayotte sont restées Françaises, devenant des départements français d’Outre-mer respectivement en 1946 et 2011. Ce sont les deux seuls territoire français du Trapèze des Mascareignes.

En apprenant l’histoire de ces îles en plein milieu de l’océan Indien, on visualise mieux leurs similitudes. On comprend aussi davantage pourquoi le peuple est si cosmopolite et multiculturel. C’est notamment à cause (ou grâce) à ces différentes vagues migratoires qui ont eu lieu au fil des siècles. Le peuple d’aujourd’hui, qui représente un véritable melting pot, est descendant d’esclaves, et il est important de s’en rappeler. D’apparence, ces îles ne se ressemblent pas tellement. Mais dans le fond, on peut affirmer que les îles du Trapèze des Mascareignes ont bien une histoire commune, qui les lie entre elles.

1 commentaire

  1. […] Pour aller plus loin, lire aussi Trapèze des Mascareignes : histoire des îles de l’océan Indien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *