Ile Maurice, La Réunion, Les Comores, Les Seychelles, Madagascar, Mayotte

Quelles sont les spécialités culinaires du Trapèze des Mascareignes ?

Trapèze des Mascareignes

Quelles sont les spécialités culinaires du Trapèze des Mascareignes ? Lorsque l’on visite un nouveau pays, même une nouvelle ville, l’aspect culinaire fait partie des découvertes à faire. Tout comme il est impératif de gravir la montagne la plus connue, il faut goûter au plat le plus réputé ! Pour ces îles du Trapèze des Mascareignes, les spécialités culinaires sont nombreuses. Elles sont souvent liées à l’histoire et aux différentes cultures qui ont leur place sur les territoires. De ce fait, il s’agit souvent d’une explosion d’odeurs et de saveurs, avec un mélange d’épices qui sublime encore davantage le plat qui va se trouver devant vous. Cet article, qui détaille les plats typiques des six îles du sud-ouest de l’océan Indien, risque vraiment de vous donner faim !

Découverte des spécialités culinaires du Trapèze des Mascareignes : découvrez celles de l’île Maurice

L’île Maurice, dans le Trapèze des Mascareignes, offre véritablement une cuisine généreuse et savoureuse. Le multiculturalisme de l’île est parfaitement retranscrit dans les plats. En effet, vous retrouverez un mélange de cuisine chinoise, indienne, ou encore créole, pour des plats hauts en saveurs !

Les épices subliment chacun des mets : curcuma, safran, piment ou même cumin. Les spécialités culinaires de Maurice égayent les papilles. Parmi les nombreux plats typiques de l’île, nous pourrions citer :

  • le briani, d’origine indo-musulmane, qui se compose de riz basmati, d’épices, de légumes, d’herbes fraîches et de viande ou de poisson. Cette spécialité se mange à n’importe quelle occasion. Il s’agit d’un plat très répandu en food-trucks ;
  • le mine frit mauricien, qui est un plat de nouilles sautées relevées de sauces asiatiques, de poulet, de crevette et d’omelette. Mélange sucré-salé, cette spécialité se retrouve dans la plupart des restaurants mauriciens. C’est délicieux, mais aussi très simple à réaliser. Une autre version est réalisable avec du riz : le riz frit, où l’on met du riz à la place des nouilles ;
  • le dholl puri est une spécialité incontournable et mérite d’être goûté par toute personne se rendant à Maurice. Il s’agit d’une sorte de galette à base de pois cassés jaunes, garnie de cari de gros pois et de chatini pomme d’amour (salade de tomates pimentée).

Ces plats sont à déguster dans les restaurants ou même dans la rue, auprès des multiples marchands ambulants que compte l’île.

Pour aller plus loin, lire aussi Trapèze des Mascareignes : à la découverte de l’île Maurice

La gastronomie de La Réunion

Comme pour l’île Maurice, la cuisine réunionnaise rassemble la mixité de son peuple (malgache, française, indienne, est-africaine et chinoise). En effet, les plats typiques de l’île sont un mélange de saveurs du monde. Cette cuisine diverse, délicieuse et abondante fait partie intégrante de la culture de l’île.

D’une façon générale, tous les repas se composent de riz, de grains (lentilles, petit pois, haricots rouges, etc.) et d’un plat principal : un carry, un rougail ou un civet.

Parmi la multitude de spécialités culinaires qui existe sur cette île du Trapèze des Mascareignes, nous pourrions citer :

  • le rougail saucisses, soit une sauce à base de tomates, d’épices et éventuellement du piment, à laquelle on incorpore des saucisses fumées ou standards souvent de La Réunion. Ce plat est vraiment un incontournable de l’île, et j’irai presque jusqu’à dire qu’il s’agit de l’emblème de cette terre en plein milieu de l’océan ;
  • le carry bichique. Les bichiques sont des petits alevins que l’on retrouve aux abords des rivières. Ce sont des petits poissons extrêmement rares, ce qui fait des bichiques un plat d’exception. En effet, de par son coût, ce n’est pas un repas que l’on consomme chaque semaine sur la table des Réunionnais. Mais c’en est un très prisé ;
  • le cabri massalé, qui vient principalement des familles tamouls de l’île. Ce plat est très épicé mais succulent. Il s’agit concrètement de la viande de chèvre, cuite dans un mélange d’épices que l’on appelle le massalé. Ce massalé se compose de cumin, caloupilé, curcuma, clous de girofle, etc.

Le rougail saucisses peut se trouver dans de nombreux restaurants. En revanche, le carry bichique et le cabri massalé se feront plus rares sur les menus. Vous aurez certainement plus de chance d’y goûter en table d’hôtes !

Dholl puri - Maurice - Trapèze des Mascareignes
Dholl puri – Maurice – Trapèze des Mascareignes

La cuisine de Madagascar

Comme pour La Réunion, la cuisine malgache se compose principalement de riz, accompagné d’un plat principal. Cette cuisine copieuse, variée et épicée mélange les produits de la terre, mais aussi ceux de la mer. Ce qu’ils promettent tous, c’est une explosion de saveurs en bouche ! Parmi les nombreuses spécialités locales, nous avons sélectionné pour cette île du Trapèze des Mascareignes :

  • le romazava, qui est un plat traditionnel typique de Madagascar. Il ressemble sensiblement au pot-au-feu, avec pour seuls légumes, les brèdes mafana. Ce repas se cuisine traditionnellement avec de la viande de zébu, ou des morceaux gras de bœuf, et des épices (échalotes, ail, gingembre, etc.). Cette recette qui, d’apparence, n’a rien de très ragoûtant est pourtant délicieuse et est à tester ;
  • le ravitoto sy Henakisoa est une autre réjouissance typique de cette grande île. Ce sont des feuilles de manioc doux empilées qui constituent principalement ce plat. On y associe ensuite de l’ail et de la viande de porc assez grasse. On le mange avec du riz, ce qui en fait une assiette très copieuse. C’est un met aux saveurs totalement dépaysantes ;
  • le varanga de Madagascar est un met plutôt proposé pour des événements importants. Il est à base de filet de zébu émincé, et pourrait faire penser au bœuf bourguignon s’il était cuit dans du vin. Les malgaches en raffolent, et vous pourriez, vous aussi, ne plus vous en passer !

La grandeur du territoire malgache fait que du nord au sud, les recettes ne sont pas les mêmes. Ne soyez donc pas étonné(e) de retrouver parfois des plats légèrement différents. Ils n’en seront pas moins délicieux !

Pour aller plus loin, lire aussi : Le Trapèze des Mascareignes, qu’est-ce que c’est ?

Les recettes typiques à Mayotte, dans le nord du Trapèze des Mascareignes

Dans le nord du Trapèze des Mascareignes, à Mayotte, la gastronomie n’est pas en reste ! La cuisine quotidienne reste simple, mais très savoureuse. La base se compose toujours de féculents : des bananes, des fruits à pain, du riz ou du manioc. Pour le reste, ce sont des préparations à base de viande, ou de poisson. Parmi les recettes les plus typiques à Mayotte, nous retrouvons :

  • le kakamoukou, plat très populaire composé de riz et de poisson aux épices. On pourrait le comparer à une sorte de curry, en moins épais. La cuisson de ce plat est très lente, ce qui permet aux ingrédients d’avoir toutes leurs saveurs. Le poisson à chair tendre mijote avec des épices et des herbes. On y ajoute ensuite des fruits, comme la mangue verte, le bilimbi, le tamarin ou encore la prune. Ce plat est généralement servi avec des légumes ;
  • le kangué est un ragoût de bœuf dont raffolent les Mahorais. C’est un plat qui doit être mijoté pendant de nombreuses minutes. Une cuisson longue pour un maximum de saveurs ! Le bœuf est cuit avec des épices (ail, oignon, sel), et le plat final se mange avec du riz ou du batabata (mélange de bananes et de manioc) ;
  • le trovi ya’nadzi est un plat à base de jus de coco, et de bananes vertes. On y ajoute ensuite, au choix, du poisson ou de la viande. C’est un plat très rapide à faire, avec très peu d’ingrédients. Mais ne vous fiez pas à cela, car c’est malgré tout l’un des plats préférés des Mahorais !
Cuisine du Trapèze des Mascareignes
Cuisine du Trapèze des Mascareignes

L’art culinaire aux Comores

L’art culinaire aux Comores est très influencé par différentes cuisines du monde : indienne, malgache, arabe mais aussi africaine. Comme pour quasiment toutes les autres îles du Trapèze des Mascareignes, les plats sont souvent à base de riz, de manioc ou de bananes vertes. La viande ou le poisson qui accompagne la base est très généralement parfumé par des épices locales, ce qui en relève totalement le goût. Nous pourrons alors retrouver :

  • le pilao de poulet au lait de coco, qui est un plat incontournable aux Comores. Il s’agit de riz aux épices, accompagné de poulet cuit dans du lait de coco. On y ajoute bien sûr beaucoup d’épices (cardamome, cumin, clou de girofle, etc.) afin que les saveurs soient sublimées ;
  • le mtsololola à la viande, qui est un repas typique de l’Union des Comores. Il s’agit d’un potage de bananes vertes, manioc et d’une viande au choix. Cette recette se mange comme une soupe ;
  • le madaba, qui est un ragoût de feuilles de manioc à la noix de coco. Il s’agit d’un met plutôt simple, mais ô combien savoureux !

La cuisine, aux Comores, est à l’image de son peuple : simple mais généreuse !

Que manger aux Seychelles lors d’un séjour au Trapèze des Mascareignes ?

La cuisine des Seychelles, dans le Trapèze des Mascareignes, est une cuisine créole, avec comme base très souvent du poisson et du riz. Les produits de la mer sont beaucoup consommés (coquillages, mollusques, etc.) tout comme les fruits exotiques. Les plats sont une combinaison de diverses origines, comme c’est le cas pour toutes ces autres îles du sud-ouest de l’océan Indien. Lors d’un séjour aux Seychelles, vous pourriez par exemple goûter au :

  • cari roussette, qui est en fait la chauve-souris locale et endémique du pays ! Cela peut paraître étrange, mais pourtant, ça fait bien partie de la culture seychelloise. Le goût de cette viande est à mi-chemin entre le lapin et le poulet, et les Seychellois en raffolent ;
  • cari de zourite, qui, quant à lui est une sorte de bouillabaisse aux épices, avec de la pieuvre, souvent fraîchement pêchée ;
  • satini rekin, qui est un autre plat très typique des Seychelles. Il s’agit de peau de requin bouillie et finement hachée. Mais n’ayez pas peur, car il paraît que c’est très bon !

Dans le Trapèze des Mascareignes, les spécialités culinaires ne manquent pas. Mais ce qui est certain, c’est qu’à l’image des îles qu’ils représentent, ces plats typiques invitent à l’évasion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *